A propos du père adoptif de RAM

Certains d’entre vous ont souhaité en savoir plus sur la face cachée de la vie du père adoptif de RAM, l’égyptologue.

 

Pays : Belgique. Age : 13 ans. Sexe : féminin. J'ai une question qui me brûle les lèvres depuis quelques temps : pourquoi le "père" de RAM ne veut-il pas que celui-ci revoie sa mère ?

La question est en effet cruciale pour percer le mystère de cette décision en apparence incompréhensible du père adoptif de RAM, que j'appelle Eduard pour des raisons de discrétion. Elle formule avec d'autres mots la question posée le même jour par une internaute de 48 ans : "Pourquoi Olga n’est-elle pas rentrée en Belgique près de son fils après avoir accompagné le père biologique de RAM ?" Il est donc utile de lire aussi la réponse donnée à cette question sur la page "Olga", où d'autres informations relatives au même problème mettent en lumière cet aspect caché de la vie de la mère RAM.  

Lorsque Olga, venue tout droit de Saint-Pétersbourg, surgit de manière totalement inattendue dans la vie d’Eduard à Bruxelles, elle avait 19 ans et lui, 45. Ayant découvert son infertilité près de vingt ans auparavant, il avait décidé de renoncer au mariage et de se consacrer entièrement à sa passion : l'Egypte antique, et en particulier, ses rites funéraires. Mais la vie professionnelle de l'égyptologue, bien que passionnante, ne parvenait pas à combler le vide laissé par la chaleur d’un foyer. Ni Ramsès II, ni les momies, ni même le soleil au-dessus des pyramides, ne parvenaient à effacer dans le cœur d'Eduard son désir de partager ses passions avec une épouse et des enfants. De son côté, Olga qui était arrivée à Bruxelles sans papiers et sans connaître qui que ce soit pour l'accueillir dans ce pays étranger, cherchait éperdument un foyer pour son fils et elle-même. Lorsque Olga et Eduard ont décidé de se marier, chacun des deux pensait pouvoir trouver dans cette vie commune une réponse à son désarroi. Olga, encore très jeune et assez immature, avait sans aucun doute sous estimé le poids de la double condition qui avait été posée par Eduard à leur union et à l’adoption de l’enfant. Car, se connaissant bien lui-même, et persuadé qu’il s’attacherait profondément à ce fils qu’il fit appeler Ramsès, Eduard se sentait capable de l’adopter à la seule condition qu’il ignore à jamais la vérité sur ses véritables origines, et n’entende jamais parler de son père biologique. Eduard, qui ressentait Boris comme un rival toujours inquiétant pour son couple, avait également demandé à Olga de ne jamais plus entrer en contact avec lui. Lorsque Boris est tombé gravement malade six ans plus tard, Eduard a consenti à ce que Olga aille le rejoindre à Saint-Pétersbourg, parce qu'il le savait condamné. Mais elle devait séjourner dix jours à son chevet, pas un seul jour de plus, alors qu'elle est finalement restée sept mois en Russie, jusqu’à la mort de celui qui lui avait donné ce fils. Eduard en était à présent convaincu : Olga aimait toujours Boris, et elle l'aimerait même après sa mort. Au fond de lui, ce n'était pas seulement le mari qui perdait tout espoir, mais aussi le père. Si Boris gardait une place aussi importante dans le cœur d'Olga, comment ne transmettrait-elle pas à Ramsès ce même amour de son père biologique? La découverte de cette vérité avait rendu Eduard plus figé dans la posture qu'il avait prise avant son mariage avec Olga : jamais Ramsès ne devait connaître la vérité sur ses origines. Durant les mois durant lesquels Olga vivait aux côtés du malade à Saint-Pétersbourg, Eduard a dû faire face aux crises de Ramsès, qui, par la force des choses, ne supportait pas l'absence de sa mère. Lorsque l'enfant posait la question de savoir quand sa mère rentrerait, Eduard restait évasif car à vrai dire, il l'ignorait lui-même. Petit à petit, jugeant Olga irresponsable et selon lui, totalement incapable d'éduquer un enfant, Eduard a fini par juger qu'il serait préférable pour Ramsès de ne plus jamais la revoir. Il a donc fini par rappeler à Olga leur convention initiale : elle ne devait en aucun cas revoir le père biologique de Ramsès, et alors qu'il lui avait offert de le revoir pendant dix jours, elle s'était montrée incapable de tenir parole. Finalement, comme dans les contes où un grand châtiment punit ceux qui ont osé braver l’interdit, Eduard, au terme de mille vaines sommations, a fermé sa porte à Olga, lui interdisant par la même occasion de revoir son fils.